Quelle formation choisir pour devenir régleur CN ?

Rate this post

Le monde industriel ne cesse d’évoluer tant en termes de process qu’en matière de besoin de main-d’œuvre spécialisée. Le régleur est un élément indispensable dans tout système productif, mais doit suivre les tendances dans l’usage des outils de précisions notamment à commande numérique. Une formation régleur CN (commande numérique) permet de répondre à cette exigence. Mais qu’est-ce que c’est ?

Enjeu d’une formation régleur CN

Le milieu industriel réserve au régleur CN un panel important de missions. Il aura d’abord un rôle de préparateur du processus de production (étude de plan et de schémas, choix du mode de réalisation…). Il sera le principal fabricant des pièces et éléments, suivant un programme précis de fabrication assistée par ordinateur et en utilisant des appareils à commande numérique, en garantir la qualité et le respect des délais… Il aura aussi une fonction de contrôle et de correction des pièces.

Étant donné que l=tout le réglage du processus repose sur lui, ses compétences devront dans ce cas être larges : lecture de plan et schéma, bon usage des outils numériques, etc. Le régleur ou la régleuse CN devra être pointilleux et méthodique en tout point, tout en ayant un sens aigu des mesures… Toutes ces aptitudes ne peuvent s’acquérir que dans le cadre d’une formation regleur CN.

Formation de régleur CN : en quoi ça consiste ?

Le contenu d’une formation de régleur CN devra lui permettre la connaissance et maitrise des outils logiciels et matériels de  Conception de Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO), de Gestion de Maintenance assistée par ordinateur GMAO ou de Production Assistée Par Ordinateur GPAO, des équipements et appareils à commandes numériques, des règles de la métrologie… Le candidat devra aussi maitriser les règles de sécurité, les procédés de maintenance, la rédaction de documents techniques, etc.

Pour acquérir ces compétences au fur et à mesure, il est possible de commencer dès avant le bac, via un CAP en Conduite de systèmes industriels, un BEP Productique mécanique – usinage, ou encore un BEP Maintenance des systèmes mécaniques automatisés par exemple. Mais face aux nombreuses exigences du métier dans les industries modernes, la chance peut souscrire davantage aux personnes ayant suivi une formation poussée et obtenu :

  • un bac Pro MEI (Maintenance des équipements industriels), en Productique Mécanique, de Technicien d’usinage, en Plastiques et Composites…
  • Un BTS IPM (Industrialisation des produits mécaniques), Étude et réalisation d’outillages de mise en forme des matériaux, Maintenance des Systèmes Option A…

Un DUT Génie industriel et Maintenance, génie mécanique et productique, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.